La consultation publique pour l’ébauche de la norme sur les qualifications des professionnels de la vie privée commence

Les données sont des denrées précieuses au sein de l’économie numérique, ce qui explique l’augmentation de la demande en professionnels de la vie privée compétents qui peuvent les protéger. Il peut être difficile pour les organisations de trouver des candidats qui possèdent les compétences adéquates pour ces postes complexes qui requièrent une excellente compréhension de la technologie, des meilleures pratiques et de la loi.

Le comité technique sur la vie privée et le contrôle d’accès du CSDPI a rédigé une ébauche d’une norme nationale proposée indiquant les compétences principales requises pour les professionnels de la vie privée. Celles-ci couvrent plusieurs aspects clés, y compris la protection des renseignements personnels, l’accès à l’information et la protection des données. La norme s’applique aux organisations publiques, privées et à but non lucratif et sera pertinente pour tous les secteurs de l’économie.

Sharon Polsky, présidente du Conseil du Canada de l’accès et la vie privée, a indiqué que la norme augmentera les possibilités de mobilité et d’avancement pour les professionnels de la protection de la vie privée une fois publiée.

« Cette nouvelle norme sur les compétences permettra aux employeurs d’attirer plus facilement des professionnels de la protection des données qualifiés, ce qui permettra aux établissements postsecondaires de mettre au point de meilleurs programmes de formation et aux personnes faisant carrière dans la protection de données de connaître les compétences dont ils ont besoin pour exercer cette profession et progresser », a affirmé Sharon. « Être en mesure d’attirer des professionnels qualifiés de la vie privée et de la protection des données permettra d’encourager des innovations qui respectent réellement la vie privée des gens, ce qui est essentiel à la relance, à la croissance et à la stabilité de l’économie canadienne. »

L’ébauche de la norme proposée (CAN/CIOSC 109-1) peut être consultée ici. Les commentaires sont les bienvenus jusqu’au 10 janvier.

Partagez cette publication

Retour haut de page

This website uses cookies to improve your experience. By using our website you agree to our Cookie Policy

This website uses cookies to improve your experience. By using our website you agree to our Cookie Policy